Veille Hebdomadaire du 26 au 30 avril#SantéGuyane – COVID19/Vaccins

photo-detailpublication

VEILLE D’INFORMATION HEBDOMADAIRE DE L’ORSG-CRISMS

Veille du 26 au 30 avril 2021

 

Remarques du Conseil scientifique COVID-19 à propos du Projet de décret modifiant les dispositions relatives à la quarantaine et à l’isolement des décrets n° 2020-1262 du 16 octobre 2020 et n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire (22 avril 2021)

 « Le Conseil scientifique rappelle que ses compétences et les avis se limitent à des considérations d’ordre strictement médical et sanitaire. Elles ne portent en aucun cas, y compris à propos du projet de décret qui lui est soumis, sur la pertinence juridique, politique ou relevant d’autres considérations plus générales du texte, qui ne relève pas de sa compétence. » [extrait site web]

ministère de la santé (consulté le 26 avril 2021)


 

 Point de situation sur la surveillance des vaccins contre la COVID-19 – Période du 09/04/2021 au 15/04/2021

 « Dans le cadre de la surveillance renforcée des vaccins utilisés contre la Covid-19, une enquête de pharmacovigilance est mise en place pour surveiller en temps réel le profil de sécurité des vaccins disponibles en France à partir des déclarations réalisées par les professionnels de santé, les personnes vaccinées ou leur entourage. Les résultats de cette évaluation et de ce suivi ont été présentés et discutés collégialement lors du comité de suivi hebdomadaire de l’ANSM avec le réseau français des CRPV du 15 avril 2021, afin d’identifier des signaux potentiels et d’envisager les mesures à prendre.

Chaque semaine les signaux potentiels sont discutés pour l’ensemble des vaccins et accessibles dans la fiche de synthèse hebdomadaire. Les rapports détaillés de pharmacovigilance sont désormais publiés de manière alternée chaque semaine selon le type de vaccin (ARN, vecteur viral).

Consulter la synthèse des résultats et les faits marquants (23/04/2021) » [Résumé site web]

ANSM (consulté le 26 avril 2021)


 

 Adaptation des recommandations pour les personnes ayant bénéficié d’un schéma vaccinal complet contre le Covid-19

 Pour les personnes ayant bénéficié d’un schéma vaccinal complet, le HCSP recommande de :

  • poursuivre l’inclusion des personnes ayant bénéficié d’un schéma vaccinal complet dans la politique de « contact tracing » ;
  • considérer que les personnes ayant bénéficié d’un schéma vaccinal complet restent définies comme des contacts à risque, même si ce risque est probablement diminué.

 Le HCSP recommande que 

  • Dans un cadre privé familial ou amical en milieu intérieur fermé :
    • toutes les personnes réunies puissent ne pas porter de masque si elles ont toutes bénéficié d’un schéma vaccinal complet et à condition de respecter les autres mesures barrières : hygiène des mains, distance interindividuelle, aération et limitation à 6 du nombre de personnes. Cette recommandation ne s’applique pas, dès lors que l’un des membres présente un facteur de risque de formes graves (âge, comorbidité).
    • Toutes les personnes réunies continuent de respecter l’ensemble des mesures barrières y compris le port de masque lorsque l’une d’elles n’a pas bénéficié d’un protocole de vaccination complet.
  • Dans un cadre collectif en population générale (collectivités et milieux extérieurs ouverts), de :
    • continuer à respecter l’application des mesures barrières dont le port de masque et de limitation des déplacements en accord avec l’évolution des décisions nationales en fonction de l’avancée de la couverture vaccinale ;
    • ne pas participer ni organiser des regroupements de personnes au-delà de ce qui est réglementairement autorisé.

HCSP (consulté le 26 avril 2021)


 

Note d’éclairage du Conseil scientifique COVID-19 du 23 avril 2021 – Situation épidémiologique en Inde : Le variant B.1.617

Vie publique (consulté le 27 avril 2021)


 

  Covid-19 : la HAS lève la limite d’âge pour l’utilisation des tests antigéniques sur prélèvement nasal

 « Moins invasifs que sur prélèvement nasopharyngé, les tests antigéniques sur prélèvement nasal ont l’avantage d’allier rapidité de résultat et possible utilisation de manière répétée chez un plus large public. La HAS a mené en mars dernier une première analyse des études scientifiques sur ces tests, permettant leur utilisation chez les plus de 15 ans. Elle complète aujourd’hui ces travaux en s’appuyant sur une méta-analyse et conclut, à la lumière des récents travaux de modélisation, que ces tests peuvent également être un outil de dépistage chez les moins de 15 ans. Réalisables en tests de diagnostic rapide (TDR), tests rapides d’orientation diagnostique (TROD) ou autotests, les tests antigéniques sur prélèvement nasal apparaissent pertinents pour briser des chaines de contamination, notamment en milieu scolaire. » [Résumé site web]

HAS (consulté le 27 avril 2021)


 

Populations en grande précarité et Covid‑19 : partage des connaissances pour améliorer la prévention et les actions

 « Quels sont les moyens de lutte les plus efficaces contre la Covid-19 pour les populations vulnérables ? Santé publique France restitue les principaux résultats et perspectives d’une démarche de partage de connaissances entre chercheurs, acteurs de terrain et décideurs. » [Résumé site web]

SPF (consulté le 29 avril 2021)


 

 Vaccins anti-Covid-19 et cas de thrombose : données internationales de pharmacovigilance

« Publiée le 16 avril 2021 dans l’European Respiratory Journal, une étude française a cherché à évaluer le risque de thrombose et a classifié les cas d’événements thrombotiques après vaccination contre la Covid-19. Pour ce faire, l’équipe du Pr David Smadja (service d’hématologie biologique, Hôpital Européen Georges Pompidou, Inserm, AP-HP), a utilisé des données internationales de pharmacovigilance. Il en ressort que le taux de notification d’événements thrombotiques survenus après injection de trois vaccins, en l’occurrence ceux de Pfizer-BioNtech, de Moderna et d’AstraZeneca, est très faible, confirmant ainsi la rareté de ces effets indésirables post-vaccinaux. » [Résumé site web]

Réalités biomédicales (consulté le 29 avril 2021)


 

 OVE Infos n°42 | Student life during the COVID-19 pandemic

 « Face à la pandémie COVID 19, le président de la France a annoncé samedi 14 mars 2020 que tous les établissements d’enseignement seraient fermés. Cette fermeture a profondément modifié les conditions de la vie étudiante et de nouvelles formes d’enseignement et d’évaluation ont dû être mises en place. Les services universitaires, tels que les restaurants étudiants, les bibliothèques, etc., ont également été fermés, bouleversant les activités quotidiennes et la vie sociale des étudiants. La plupart des entreprises et sites corporatifs ont également fermé leurs portes, perturbant les programmes d’alternance travail-études, mettant en péril les emplois étudiants et gelant les plans de stages. La fermeture des frontières a anéanti les espoirs d’études et d’échanges internationaux des étudiants. Les mesures de verrouillage étaient en place jusqu’au 11 mai 2020. Il a en outre été décrété que les universités n’ouvriraient pas avant septembre, et même alors, l’enseignement à distance serait probablement maintenu. Toutes ces mesures ont eu un impact profond sur les parcours et les perspectives de l’enseignement supérieur des étudiants.

Comment la crise pandémique et la période de verrouillage ont-ils affecté les progrès scolaires des étudiants, leurs conditions de vie et leurs ressources financières ? Comment ont-ils vécu cette période ? Pour répondre à ces questions, l’Observatoire national de la vie étudiante (OVE) a donné suite à son enquête sur les conditions de vie 2020, et a recontacté 6130 étudiants inscrits en 2019-2020 à l’université ou en cours préparatoires aux grandes écoles (CPGE), écoles d’ingénieurs, écoles de commerce, écoles d’art et d’architecture ou Grands établissements au printemps 2020. » [Résumé site web – Traduction à l’aide de Google]

 Observatoire national de la vie étudiante (consulté le 29 avril 2021)


 

Avis du Conseil scientifique COVID-19 du 21 avril 2021 – Organisation de la sortie de l’état d’urgence sanitaire le 1er juin 2021

 « Le 16 avril 2021, le Conseil scientifique a été saisi sur la mise en place d’un régime allégé de sortie d’état d’urgence sanitaire à compter du 2 juin et jusqu’au 31 octobre 2021 dans le cadre du projet de loi relatif à la gestion de la sortie de crise sanitaire (NOR : PRMX2111684L/Rose-2).

 Au regard de toutes les considérations formulées ci-dessus, et en tenant compte des privations imposées par un ensemble de mesures restrictives depuis plusieurs mois, le Conseil scientifique émet un avis favorable à l’instauration d’un régime transitoire de sortie de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 31 octobre 2021 dans le cadre du projet de loi relatif à la gestion de la sortie de crise sanitaire (NOR : PRMX2111684L/Rose-2). Cette période doit s’accompagner d’une communication publique visant à associer la levée de certaines restrictions au maintien d’autres mesures indispensables, notamment individuelles (respect des gestes barrières, port du masque, usage de gel hydroalcoolique, recours à la vaccination, utilisation de tests et d’autotests…). L’organisation du régime transitoire doit en outre rester compatible avec la possibilité d’un retour à l’état d’urgence sanitaire en cas de nécessité, en particulier en cas de reprise importante de l’épidémie liée à un nouveau variant. » [Extrait site web]

Vie publique (consulté le 30 avril 2021)


 

Demander une information

(Nécessaire)