Veille Hebdomadaire du 14 au 18 juin #SantéGuyane – MortaliteInfantile/Inegalites/Travail/Alcool

photo-detailpublication

VEILLE D’INFORMATION HEBDOMADAIRE DE L’ORSG-CRISMS

Veille du 14 au 18 juin

 

Santé : une mortalité infantile deux à trois fois plus élevée en Outre-mer que dans l’Hexagone, selon l’Igas

 « L’Inspection générale des affaires sociales (Igas) a mis en ligne le 14 juin son rapport sur « La pédiatrie et l’organisation des soins de santé de l’enfant en France ». La publication de ce document fait suite à une mission d’évaluation demandée par le ministre des solidarités et de la santé Olivier Véran en septembre 2020. En dépit des dispositifs de suivi et de prévention existants, de nombreuses inégalités sociales et territoriales restent sensibles dans le domaine de la santé de l’enfance. Exemples, la mortalité infantile est deux à trois plus élevée dans les Outre-mer que dans l’Hexagone, et un enfant d’ouvrier a six fois plus de chances d’être obèse qu’un enfant de cadre.   

 L’état de santé des enfants diffère sensiblement selon les régions. À cet égard, les indicateurs ainsi que les déterminants de santé des enfants sont plus défavorables en Outre-mer que dans l’Hexagone, où la mortalité infantile y est deux à trois fois plus élevée. Elle varie sensiblement selon les départements : 5,7 pour 1000 enfants en Martinique ; 6,7 à la Réunion ; 8 pour 1000 en Guyane ; 8,2 en Guadeloupe et 10,1 pour 1000 à Mayotte (contre 3,5 en moyenne en France hexagonale). « A l’inverse, la mortalité infantile varie relativement peu entre les régions métropolitaines », note l’Igas. 

 L’organisme relève que le taux de mortalité périnatale « varie aussi selon les départements d’Outre-mer et s’établit, pour la période 2012-2014 à 19,1 en Guyane ; 13,7 à La Réunion ; Guadeloupe 17,9 ; Martinique 18,6 ; Mayotte 18,1 ». 

 La Guyane, qui a rattrapé un retard important depuis 2012, a quant à elle une faible densité non pas de pédiatres, mais de chirurgiens-pédiatres (voir plus bas). Dans son rapport, l’Igas n’avance pas d’explications sur ce paradoxe.

 La Guyane, la Bourgogne Franche Comté, le Centre Val de Loire, les Pays de la Loire et l’Occitanie sont les régions avec les densités de chirurgiens-pédiatres les plus faibles en 2020. » [Extrait site web]

 Outremer 360 (consulté le 16 juin 2021)


 

DOM : des inégalités de revenus et une pauvreté très élevés

 « Les écarts de niveau de vie et la pauvreté sont plus élevés dans les DOM qu’en France métropolitaine. Les Martiniquais les plus riches ont, par exemple, un niveau de vie cinq fois supérieur aux plus modestes, quand ce rapport est de trois en métropole. 77 % des habitants de Mayotte sont pauvres, contre 14 % des métropolitains. » [Résumé site web]

 Observatoire des inégalités (consulté le 14 juin 2021)


 

 Des conditions de vie difficiles dans les DOM

 « Les DOM sont les territoires français les plus touchés par la pauvreté. Un tiers des Martiniquais n’ont par exemple pas les moyens de pratiquer une activité de loisir régulière. 45 % des Guyanais vivent dans un logement dépourvu de l’eau chaude courante. » [Résumé site web]

Observatoire des inégalités (consulté le 14 juin 2021)


 

 Conflits de valeurs au travail : six actifs sur dix concernés

 « Pénibilité, manque de moyens, désaccord éthique… Six actifs sur dix sont exposés à des conflits de valeurs au travail. C’est ce que révèle une enquête de la Dares sur les conditions de travail que confirment les chiffres de l’assurance maladie. Mais quelles sont les catégories professionnelles concernées et quel est son impact sur la santé ? » [Résumé site web]

Vie publique (consulté le 14 juin 2021)


 

 La dernière expertise collective de l’Inserm sur l’alcool : un électrochoc ! Pour un changement de paradigme. Pour un véritable Plan Alcool

« Comme déjà évoqué dans un rapport de la Cour des comptes, les politiques publiques de lutte contre les méfaits de la consommation d’alcool ne sont pas à la hauteur alors que le lobbying de la filière alcool n’a cessé de croître (recherche, formations universitaires). L’Inserm vient de rendre publique les résultats de l’expertise collective consacrée à la réduction des dommages associés à la consommation d’alcool. Les experts réclament un véritable Plan Alcool global avec des mesures fortes, coordonnées, de différents types et coûts-efficaces… » [Résumé site web]

INSERM (consulté le 14 juin 2021)


 

Demander une information

(Nécessaire)