Dossier documentaire – Suicide

Bandeau-dossier-documentaire-740x310

L’Organisation Mondiale de la Santé dénombre près de 800 000 suicides dans le monde chaque année. En 2016, le suicide constituait la deuxième cause de mortalité chez les 15-29 ans au niveau mondial. En effet, plus de 79% des suicides sont survenus dans des pays à revenu faible ou intermédiaire.. Des taux de suicide élevés ont été mis en exergue au sein des groupes vulnérables confrontés à la discrimination : migrants, réfugiés, populations autochtones, communauté Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transgenres (LGBT) ou encore les détenus.

Le lien entre suicide et troubles mentaux (dépression et troubles liés à la consommation d’alcool) est particulièrement bien établi dans les pays à revenu élevé. Cependant, de nombreux suicides se produisent de manière impulsive au cours d’un moment de crise engendré par une défaillance d’aptitude à surmonter les stress de la vie, tels que les problèmes financiers, affectifs, une maladie ou une douleur chronique. Egalement, on constate que les conflits, les catastrophes, la violence, la maltraitance ou un deuil et un sentiment d’isolement sont fortement associés au comportement suicidaire. (Source : OMS, repères suicide, URL : https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/suicide)

La France, avec environ 9 000 décès par suicide par an, se positionne dans les taux de suicide les plus élevés d’Europe. En 2017, Près de 5% des 18-75 ans déclaraient avoir pensé à se suicider au cours des 12 derniers mois et plus de 7% déclaraient avoir fait une tentative de suicide (TS) au cours de la vie. On observe plusieurs facteurs associés aux comportements suicidaires :

  • avoir eu un épisode dépressif,
  • avoir à faire face à des situations financières difficiles,
  • le fait d’être célibataire, divorcé ou veuf,
  • l’inactivité professionnelle,
  • l’exposition aux violences ainsi que les évènements traumatisants dans l’enfance.

L’enquête ESCAPAD menée par l’Office Français des Drogues et Toxicomanies (OFDT) et Santé Publique France, a mis en lumière la situation préoccupante des jeunes filles âgées de 15 à 19 ans. C’est en effet dans cette population qu’on constate le taux le plus élevé de TS observé quelle que soit l’année. Chez les jeunes, on estime que les usages de substances psychoactives, le décrochage scolaire et les symptômes dépressifs constitueraient des indicateurs fiables pour le repérage des adolescents à risque accru de conduites suicidaires. L’identification des personnes vulnérables et à haut risque est une étape clé de la réussite d’une politique de prévention du suicide, au même titre que le repérage et la prise en charge de la dépression, le maintien du lien avec les personnes ayant fait une TS. (Source : Santé Publique France Février 2019. URL : https://www.santepubliquefrance.fr/les-actualites/2019/suicide-et-tentative-de-suicides-donnees-nationales-et-regionales)

D’après les chiffres de l’Observatoire National du Suicide (ONS) sur l’année  2012, en Guyane :

  • 19 décès par suicide ont été observés, soit un taux brut de mortalité par suicide de 7,8 pour 100 000 habitants.
  • La mortalité par suicide en Guyane était alors de 33 % inférieure au taux national,
  • Elle touchait essentiellement des jeunes,
  • Elle était 8,5 fois plus importante chez les hommes que chez les femmes.

Par ailleurs, l’ONS mentionne qu’à contrario des données disponibles sur le suicide en métropole, une sous-déclaration des suicides en Guyane est estimée à 9,4 % sans qu’aucune étude ne vienne évaluer plus précisément cette sous-déclaration.

Les 9 et 10 décembre 2003, l’Observatoire Régional de la Santé en Guyane (ORSG) organisait un colloque international sur « les Suicides et Tentatives de Suicide en Guyane ». Cet exercice a été l’occasion de croiser les regards des spécialistes pour tenter de saisir la complexité de ce phénomène en adoptant une approche de type communautaire (Brésilienne, Haïtienne, Surinamaise, Bushinengué, Créole, Amérindienne, Métropolitaine) déclinée selon les axes de représentation, prévention et prise en charge. On déplorait déjà, pour les communautés des populations autochtones du littoral, une dizaine de suicides au début des années 2000 et des témoignages directs mentionnaient 20 cas de suicide pour des personnes de 11 ans jusqu’à 55 ans et de 25 tentatives de suicide. A l’issue de ce colloque, un groupe (professionnels de santé, mères de famille, stagiaires, religieux, associations…) s’est formé et a décidé de proposer un ensemble d’actions dans un livret intitulé « Suicide : nous sommes tous concernés, Brisons le Tabou – Propositions d’actions d’un ensemble d’individualités ». Les propositions reposent sur 5 domaines : partenariats, observation, prévention, prise en charge et formation.

Plus récemment et selon les données de l’ARS Guyane, sur la période 2013-2015, le taux de suicide était aussi inférieur à celui de la France entière : 7,4 contre 13,7 /100 000 habitants.  Cependant, le taux de suicide chez les populations autochtones était 8 à 10 fois supérieur à la moyenne régionale  sur la même période, atteignant  172 suicides pour 100 000 habitants dans les  villages de Camopi et de Trois Sauts.

En effet, depuis le début des années 2000, la Guyane connaît une vague de suicides parmi les jeunes issus des 6 peuples autochtones qui vivent sur ce territoire et qui rassemblent environ 10 000 personnes.

Face à ce phénomène dramatique, les autorités préfectorales et sanitaires de la région ont mis en place un « plan suicide » en 2011 mais dont les résultats se sont révélés peu probants. En réponse à cette situation alarmante qui perdure, le Premier Ministre a nommé deux parlementaires, Mme Aline Archimbaud sénatrice de la Seine Saint-Denis et Mme Marie-Anne Chapdelaine, députée d’Ille-et-Vilaine, en mission auprès de la Ministre des Outre-mer en 2015. Cette mission a mis en relief plusieurs facteurs intervenant dans cette recrudescence de suicides : isolement géographique, désœuvrement et absence de perspectives, raisons économiques et sociales, causes sanitaires, intrafamiliales, identitaires et culturelles. Un rapport présentant 37 mesures pour « enrayer ces drames » a résulté de cette mission et a été déposé auprès du gouvernement. (Source : Rapport de mission Archimbaud : https://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/154000882.pdf)

Politiques publiques

Programme national d’actions contre le suicide (2011-2014) – Ministère des affaires sociales et de la santé

Schéma Régional de Santé (2018-2022) – Agence Régionale de Santé Guyane

Avis et recommandations

Épisode dépressif caractérisé de l’adulte : prise en charge en premier recours – recommandation de bonnes pratiques – Novembre 2017 – HAS

Dépression de l’adulte – Repérage et prise en charge initiale – Novembre 2017 – HAS

Dépression de l’adolescent : comment repérer et prendre en charge ? – Décembre 2014 – HAS

Manifestations dépressives à l’adolescence : repérage, diagnostic et prise en charge en soins de premier recours – Décembre 2014 – HAS

Publications

Actes du colloque international : Suicides et Tentatives de Suicide – Guyane – 9 et 10 Décembre 2003 – Observatoire Régional de la Santé de Guyane (ORSG)

Suicide et tentatives de suicide : données nationales et régionales – 2019 – Santé Publique France

Tentatives de suicide et pensées suicidaires chez les jeunes Français : Résultats des Suicide : enjeux éthiques de la prévention, singularités du suicide à l’adolescence – 3e rapport / février 2018 – Observatoire National du Suicide (ONS) enquêtes  ESCAPAD 2014 et ESPAD 2015 – 2017 – OFDT – Santé Publique France

Grands Dossier : Suicide et soins. avril 2017 – Revue Soins & La revue de l’infirmière

Suicide : Connaître pour prévenir : dimensions nationales, locales et associatives 2e rapport / février 2016 – Observatoire National du Suicide (ONS)

Prendre en compte la dimension transculturelle dans l’évaluation du risque suicidaire et du psychotraumatisme, European Psychiatry, Volume 30, Issue 8, Supplement, November 2015, Page S79

Suicides des jeunes Amérindiens en Guyane française : 37 propositions pour enrayer ces drames et créer les conditions d’un mieux-être – novembre 2015 – Assemblée nationale  

Données épidémiologiques sur les décès par suicide – 2015 – Cepidc Inserm

Les suicide des jeunes en France – Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP), janvier 2015

Suicide : État des lieux des connaissances et perspectives de recherche  1er rapport / novembre 2014 – Observatoire National du Suicide (ONS)

Suicide des personnes écrouées en France : évolution et facteurs de risque – 2014 – INED

Prévention

Évaluation du programme national d’actions contre le suicide 2011-2014 – mars 2016 – Haut Conseil de Santé Publique (HCSP)

Prévention du suicide : l’état d’urgence mondial – septembre 2014 – Organisation Mondiale de la Santé (OMS)

Hospitalisations et recours aux urgences pour tentative de suicide en France métropolitaine à partir du PMSI MCO 2004-2011 et d’OSCOUR 2007-2011 – septembre 2014 – Institut de Veille Sanitaire (InVS).

Prévention du suicide : l’état d’urgence mondial 2014 – Organisation Mondiale de la Santé (OMS)

Action de santé publique pour la prévention du suicide : un cadre de travail – Organisation Mondiale de la Santé (OMS)

Bibliographie

Suicide et travail – Décembre 2016 – n°213 – Réseau ASCODOCPSY

Vidéo

Colloque : Vidéos de la Journée nationale de prévention du suicide « Suicide et violences, violence du suicide » – Union Nationale pour la Prévention du Suicide (UNPS)