Veille Hebdomadaire du 8 au 12 mars #SantéGuyane – Vaccination/COVID19/Tuberculose/Confinement

15 mars 2021 - Actualités nationales

Veille couverture site web - TWTER (5)

Veille d’information hebdomadaire de l’ORSG-CRISMS

La vaccination des soignants contre la Covid-19 doit devenir obligatoire

 « Avant même que les premiers candidats vaccins aient atteint la phase 3 des essais cliniques de développement, l’idée de rendre obligatoire la vaccination contre le SARS-CoV-2 était débattue comme la seule possibilité de surmonter l’hésitation vaccinale et d’atteindre rapidement une immunité collective efficace contre la pandémie de Covid-19. Face à un risque infectieux majeur menaçant la collectivité et contre lequel on dispose de vaccins efficaces, le principe d’une obligation vaccinale doit être envisagé, en particulier pour certaines catégories professionnelles et même si la disponibilité des vaccins est encore actuellement limitée. L’Académie nationale de médecine s’est prononcée à plusieurs reprises pour le maintien de ce principe quand la vaccination s’impose comme le seul moyen d’assurer une réelle protection de la population, notamment dans les collectivités (crèches, écoles, établissements d’hébergement), pour les professions exposées, les voyageurs, les migrants, et lors des épidémies. La pandémie de Covid-19, qui représente la crise sanitaire et économique la plus grave depuis la seconde guerre mondiale, réunit tous les critères pour l’instauration d’une vaccination obligatoire. » [Extrait site web]

 Source : Académie Nationale de Médecine (consulté le 10 mars 2021)

Tuberculose en France : données épidémiologiques 2019

 « Santé publique France publie les données annuelles de surveillance de la tuberculose en France. Aucun changement notable n’est observé en 2019 par rapport à l’année précédente.

 Les disparités territoriales et populationnelles sont comparables à celles observées les années antérieures. Il existe une distribution hétérogène de la tuberculose selon les régions et les populations.

  • Les incidences les plus élevées demeurent dans les 3 mêmes régions :
    • Guyane (25,7 cas pour 100 000 habitants) ;
    • Ile-de-France (16,4 cas pour 100 000 habitants) ;
    • Mayotte (10 cas pour 100 000 habitants).

L’Ile-de-France cumule 36% des cas. La Seine-Saint Denis est le département de France métropolitaine le plus affecté (26,4 cas pour 100 000 habitants). » [extrait site web]

 Source : Santé Publique France (consulté le 10 mars 2021)

Risk of mortality in patients infected with SARS-CoV-2 variant of concern 202012/1: matched cohort study

 Résumé de l’article

 « Objectif : Établir s’il y a un changement dans la mortalité due à une infection par une nouvelle variante du SRAS-CoV-2, désignée comme une variante préoccupante (VOC-202012/1) en décembre 2020, par rapport aux variantes circulantes du SRAS-CoV-2.

Conception : Étude de cohorte appariée

Cadre : Centres de test de covid-19 basés dans la communauté (pilier 2) au Royaume-Uni utilisant le test TaqPath (une mesure indirecte de l’infection VOC-202012/1).

Participants : 54 906 paires appariées de participants qui ont été testées positives pour le SRAS-CoV-2 dans le pilier 2 entre le 1er octobre 2020 et le 29 janvier 2021, suivis jusqu’au 12 février 2021. Les participants ont été appariés sur l’âge, le sexe, l’origine ethnique, l’indice de privation multiple, la région de l’autorité locale de niveau inférieur et la date de l’échantillon des échantillons positifs, et ne différaient que par la détectabilité du gène de la protéine de pointe à l’aide du test TaqPath.

Principal critère d’appréciation : Décès dans les 28 jours suivant le premier résultat positif au test SARS-CoV-2.

Résultats :  Le rapport de risque de mortalité associé à l’infection par VOC-202012/1 par rapport à l’infection par des variants précédemment en circulation était de 1,64 (intervalle de confiance à 95% de 1,32 à 2,04) chez les patients qui ont été testés positifs pour le covid-19 dans la communauté. Dans ce groupe à risque comparativement faible, cela représente une augmentation des décès de 2,5 à 4,1 pour 1 000 cas détectés.

Conclusions : La probabilité que le risque de mortalité soit augmenté par l’infection par VOC-202012/01 est élevée. Si cette constatation est généralisable à d’autres populations, l’infection par VOC-202012/1 a le potentiel de provoquer une mortalité supplémentaire substantielle par rapport aux variantes précédemment en circulation. La planification de la capacité des soins de santé et les politiques de contrôle nationales et internationales sont toutes affectées par cette constatation, la mortalité augmentant le poids de l’argument selon lequel des mesures plus coordonnées et plus strictes sont justifiées pour réduire les décès dus au SRAS-CoV-2. » [Résumé site web – traduction à l’aide de Google]

 Source : BMJ (consulté le 11 mars 2021)

 Maceió e Macapá sont les seules capitales avec des taux d’occupation en unité de soins intensifs de moins de 80%, 16 états sont proches de l’effondrement sanitaire.

 « A Porto Alegre, ce taux atteint 102%, avec des avec des espaces improvisés dans les hôpitaux pour soigner les patients gravement malades. » [Extrait site web]

 Source : Folha de Sao Paolo (consulté le 11 mars 2021)

 Covid-19 et chirurgie : mieux vaut se faire opérer au moins sept semaines après un test PCR positif

 « Les patients opérés dans les six semaines suivant le diagnostic d’infection à SARS-CoV-2 ont un risque accru de décès et de complications pulmonaires dans les 30 jours post-chirurgie. La chirurgie des patients atteints de Covid-19 devrait donc, lorsque cela est possible, être retardée d’au moins sept semaines pour réduire ces risques. Telle est la conclusion d’une étude internationale conduite auprès de plus de 140 000 patients ayant subi une intervention chirurgicale en octobre 2020. Celle-ci a été publiée en ligne le 9 mars 2021 dans la revue Anesthesia. Des études, réalisées avant la pandémie de Covid-19, avaient montré qu’il est préférable de différer la chirurgie pour les patients présentant une infection respiratoire au cours des quatre semaines précédant une intervention chirurgicale. On ignorait cependant ce qu’il en était concernant la période optimale pour subir une chirurgie après diagnostic d’une infection par le SARS-CoV-2. » [Extrait site web]

 Source : Réalités biomédicales (consulté le 11 mars 2021)

 Variants Covid-19 : dans quelle mesure votre département est-il touché ?

 « Actuellement, la Covid-19 se propage en France essentiellement par ses différents variants. Le variant britannique est majoritaire dans les nouveaux cas positifs. Cette carte interactive présente la propagation des variants dans les départements français depuis le 18 février. Pour visualiser l’évolution, vous pouvez appuyer sur le bouton lecture pour lancer l’animation ou déplacer le curseur. Cliquez (ou survolez) sur un département pour obtenir le détail. » [Résumé site web]

 Source : Devizu (consulté le 11 mars 2021)

« Nous sommes au bord de l’effondrement », prévient le secrétaire à la Santé d’Amapá

 « Nous essayons d’alerter le plus possible la population sur notre situation, nous sommes au bord de l’effondrement et cela pourrait être la pire phase, la phase la plus critique que nous ayons jamais connue dans la pandémie », a averti le secrétaire à la Santé d’Amapá, Juan Mendes. » [Extrait site web]

 Source : Diario do amapa (consulté le 12 mars 2021)

 Confinement du printemps 2020 : une hausse des syndromes dépressifs, surtout chez les 15-24 ans Résultats issus de la 1re vague de l’enquête EpiCov et comparaison avec les enquêtes de santé européennes (EHIS) de 2014 et 2019

 « En mai 2020, à l’issue du premier confinement national, 13,5 % des personnes âgées de 15 ans ou plus vivant en France présentent un syndrome dépressif, soit presque une personne sur sept. La prévalence de syndromes dépressifs est en hausse de 2,5 points par rapport à 2019. L’augmentation est notamment plus forte chez les 15-24 ans (22,0 % en mai 2020, contre 10,1 % en 2019) et chez les femmes (15,8 % en 2020, contre 12,5 % en 2019). » [Extrait site web]

 Source : DREES (consulté le 12 mars 2021)

 Confinement de novembre-décembre 2020 : une hausse des demandes de soins liés à la santé mentale

 « Au cours des mois de novembre et décembre 2020, les participants au quatrième Panel d’observation des pratiques et des conditions d’exercice en médecine générale ont été interrogés sur leur activité pendant le deuxième confinement. » [Extrait site web]

 Source : DREES (consulté le 12 mars 2021)

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux : 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *