Veille Hebdomadaire du 7 au 11 décembre #SantéGuyane – COVID19 – saturnisme – vaccination

17 dcembre 2020 - Actualités nationales

Veille couverture site web - TWTER (5)

Veille d’information hebdomadaire de l’ORSG-CRISMS

Bulletin de santé publique saturnisme en Guyane. Décembre 2020.

 « De 2015 à 2018, 18 285 plombémies de primodépistage ont été recensées en France, départements et régions d’Outre-Mer (DROM) inclus. Sur la même période, la Guyane en réalisait 2 183, soit 12 % à elle seule alors que la population guyanaise ne représente que 0,42% de la population française (DROM inclus) en 2019. Ce sont majoritairement les enfants de 1 à 6 ans, les garçons ou les mineurs qui habitent sur le fleuve par rapport au littoral qui sont les plus imprégnés. Néanmoins ces résultats doivent être interprétés avec prudence puisque les filles sont plus dépistées que les garçons sur la tranche d’âge 7-18 ans. Les garçons dépistés peuvent ne représenter que des cas graves d’intoxication, leur plombémie moyenne en serait donc augmentée. Cette différence d’effectif (2 fois plus de filles que de garçons, en particulier sur la tranche d’âge 7-18 ans) laisse penser que ce sont majoritairement des mineures enceintes qui se font dépister pendant leur grossesse. » [extrait]

 Source : Santé Publique France (consulté le 8 décembre 2020)

 Stratégie de vaccination contre la Covid-19 : Point de situation avec les acteurs du secteur du grand âge et de l’autonomie

 « Comme annoncé par le Premier ministre Jean Castex, les personnes âgées résidant en hébergement collectif (notamment dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes et les unités de soins de longue durée) et les personnels à risque qui y travaillent pourront être vaccinées en priorité contre la Covid-19, conformément aux recommandations rendues fin novembre par la Haute autorité de santé (HAS). Cette dernière représente un défi logistique et organisationnel sans précédent. La ministre déléguée a rappelé qu’elle est avant tout régie par des principes intangibles définis par le Président de la République :

La vaccination ne sera pas obligatoire. Il est donc essentiel de s’assurer du consentement « libre et éclairé » des personnes âgées qui se feront vacciner ;
 La gratuité du vaccin est un impératif de justice sociale indispensable ;
 La sécurité : les premières personnes ne seront vaccinées que si, et seulement si, les vaccins concernés respectent scrupuleusement toutes les règles sanitaires françaises et européennes.

Après les personnes âgées résidant en hébergement collectif et les personnels à risque qui y travaillent, la cible sera progressivement élargie dans la deuxième phase aux personnes âgées de plus de 75 ans, puis aux personnes âgées de 65 à 74 ans, puis aux professionnels des secteurs de la santé et du médico-social âgés de 50 ans et plus, et/ou présentant une ou des comorbidités.

« Notre ambition est commune et chacun des acteurs du grand âge doit prendre sa part au niveau national, régional, local pour la réussite de cette opération sans précédent. Pendant cette campagne de vaccination, je serai particulièrement attentive à ce que les acteurs soient étroitement associés à tous les niveaux », a précisé Brigitte Bourguignon pour conclure cette réunion.

La ministre déléguée fera donc désormais un point hebdomadaire sur la stratégie vaccinale avec l’ensemble des parties prenantes du secteur du grand âge et de l’autonomie.» [résumé site web]

Source : Ministère de la Santé (consulté le 8 décembre 2020)

Recherche clinique sur la COVID-19 : un dispositif national de priorisation des projets

 « La situation épidémique actuelle donne lieu à une mobilisation sans précédent de la communauté scientifique pour mieux comprendre le coronavirus et développer des traitements. Au cours de la première vague, elle s’est traduite par le lancement, dans des délais courts, d’un nombre important de projets de recherche sur la COVID-19. Face à la multiplicité de ces études cliniques mais aussi au nombre important de patients à inclure qu’elles nécessitent, un dispositif de coordination devient nécessaire pour prioriser les projets à fort potentiel et les accélérer. C’est ainsi qu’est créé un comité ad-hoc de pilotage national des essais thérapeutiques et autres recherches (CAPNET) dont les rôles principaux seront d’attribuer un label de « priorité nationale de recherche » et d’exercer un suivi de la recherche clinique développée sur la COVID-19. »

Source : Ministère de la Santé (consulté le 8 décembre 2020)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *