Veille Hebdomadaire du 23 au 27 novembre #SantéGuyane – COVID19 – sédentarité – Cancer

30 novembre 2020 - Actualités nationales

Veille couverture site web - TWTER (5)

Veille d’information hebdomadaire de l’ORSG-CRISMS

Impact de la Covid-19 sur la santé psychique – Communiqué de l’Académie nationale de médecine

 « Plusieurs enquêtes rapportent des effets négatifs mesurables de la pandémie Covid-19 sur la santé psychique des personnes, aussi bien en population générale qu’en pratique clinique. Ces effets sont observés chez des malades ayant présenté les symptômes de Covid-19. Au-delà de l’épisode infectieux, au moins 20% d’entre eux portent des séquelles psychiques : trouble anxieux chronique, état de stress post-traumatique, pathologie dépressive [1]. Les perturbations neuro-inflammatoires provoquées par le virus pourraient en être l’un des déterminants. Elles pourraient également altérer plus tard la qualité du vieillissement cérébral.

 En première ligne face à la pandémie, les soignants sont reconnus à risque de présenter des troubles psychiques [2], en particulier des troubles anxio-dépressifs et un état de stress post-traumatique, ce qui souligne la nécessité de prendre en compte cette dimension qui pourrait à terme dissuader les vocations [3]. » [Extrait]

 Source : Académie Nationale de Médecine (consulté le 23 novembre 2020)

 

Inactivité physique et sédentarité chez les jeunes : l’Anses alerte les pouvoirs publics

 « Pour être en bonne santé, il est essentiel de pratiquer des activités physiques – sport, marche, jeux… – et de limiter les temps de sédentarité devant les écrans. L’Anses publie ce jour une évaluation des risques sanitaires associés à la sédentarité et à l’inactivité physique des enfants et adolescents. Cette expertise montre que les deux tiers des 11-17 ans se situent à un niveau de risque élevé, ce qui peut se traduire par du surpoids, de l’obésité, des troubles du comportement alimentaire ou encore une qualité du sommeil et de vie altérée. Or, les habitudes prises à l’adolescence tendent à s’installer, avec un impact sur la santé et la qualité de vie à l’âge adulte. L’Anses alerte donc aujourd’hui les pouvoirs publics sur la nécessité de promouvoir et renforcer l’activité physique dès l’adolescence. » [Extrait]

 Source : ANSES (consulté le 23 novembre 2020)

 

Un avenir où le cancer du col de l’utérus n’existerait plus : pour la première fois, le monde s’engage à éliminer un cancer

 « La Stratégie mondiale de l’OMS en vue d’accélérer l’élimination du cancer du col de l’utérus, lancée aujourd’hui, présente les trois étapes clés : la vaccination, le dépistage et le traitement. Si celles-ci sont mises en œuvre avec succès, les nouveaux cas de la maladie pourraient être réduits de plus de 40 % et le nombre des décès liés à la maladie de 5 millions d’ici 2050. Il s’agit là d’une étape historique car, pour la première fois, 194 pays s’engagent à éliminer un cancer – après l’adoption d’une résolution lors de l’Assemblée mondiale de la Santé cette année. » [Extrait]

 Source : OMS (consulté le 23 novembre 2020)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *