Grossesse/Nutri-Score/COVID-19#Veille

17 septembre 2020 - Actualités nationales

Veille couverture site web - TWTER (1)

veille pour facebook tweeter (1)L’exposition au plomb pendant la grossesse réduit le poids des nouveau-nés

« Dans le cadre du projet européen « Helix » (Early-Life Exposome), l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a participé à une vaste étude qui démontre une diminution du poids de naissance associée à l’exposition au plomb pendant la grossesse. Les travaux ont été publiés en mars 2020 dans la revue International Journal of Epidemiology.

Leur étude a été menée auprès d’une cohorte européenne mères-enfants, coordonnée par Rémy Slama, directeur de recherche à l’Inserm et à l’Institut pour l’avancée des biosciences (Inserm/CNRS/Université de Grenoble). Les scientifiques ont étudié les relations entre l’exposition à 131 facteurs environnementaux au cours de la grossesse, et le poids des enfants à la naissance dans une cohorte de 1 287 paires mères-enfants. « En moyenne, les enfants issus de la cohorte sont nés à 39 semaines de gestation révolues ; 90 % d’entre eux avaient un poids de naissance compris entre 2 550 g et 4 240 g », a expliqué, le 10 septembre, l’Inserm dans un communiqué. L’analyse statistique des chercheurs a permis d’identifier trois facteurs associés à des poids de naissance s’écartant de la moyenne, parmi lesquels l’exposition au plomb. Ainsi, le poids des enfants à la naissance « diminuait de 97 g à chaque fois que la concentration sanguine de plomb chez la mère était multipliée par deux », ont estimé les scientifiques. » [extrait]

Source : Actu-environnement (consulté le 17 septembre 2020)

 

 

2Prise en charge des formes sévères de Covid-19 : une méta-analyse incluant l’étude CAPE-COVID plaide en faveur de la corticothérapie

« Identifier un traitement pour les formes sévères de Covid-19 et en particulier pour l’insuffisance respiratoire aiguë qui y est associée, s’avère une priorité pour améliorer la prise en charge et le pronostic vital des patients. Le repositionnement médicamenteux de corticoïdes est récemment apparu comme une piste thérapeutique à explorer. Des scientifiques de l’Inserm, du CHU de Tours et de l’AP-HP publient ce 2 septembre les résultats de l’étude CAPE-COVID dans le Journal of the American Medical Association, en parallèle de la publication dans cette même revue d’une méta-analyse coordonnée par l’OMS et l’Université de Bristol, regroupant 7 études (dont CAPE-COVID). Pris collectivement, les résultats de ces travaux montrent qu’un traitement par corticoïdes diminuerait de 21% le risque de mortalité des formes sévères de Covid-19. » [résumé site web]

Source : INSERM (consulté le 17 septembre 2020)

 

 

1La consommation d’aliments moins bien classés au moyen du Nutri-Score associée à une mortalité accrue

« La consommation d’aliments moins bien classés par le score de qualité nutritionnelle qui sous-tend le logo Nutri-Score est associée à une mortalité accrue dans la cohorte européenne EPIC. Ces résultats, obtenus par des chercheurs de l’Inserm, de l’Inrae, du Cnam et de l’Université Sorbonne Paris Nord, en collaboration avec des chercheurs du Centre International de Recherche sur le Cancer (OMS/CIRC), valident l’intérêt du Nutri-Score dans le cadre de politiques de santé publique. L’étude est publiée le 17 septembre 2020 dans le British Medical Journal (BMJ). » [résumé site web]

Source : INSERM (consulté le 17 septembre 2020)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *