Covid19 Point de situation – maladie professionnelle #VeilleSantéGuyane

02 juillet 2020 - Actualités nationales

Fruits Photo Montage Nourriture Facebook Couverture

Point de situation COVID-19 | Communiqué de presse du 30 juin 2020

 « Ce jour, la circulation du virus en Guyane reste préoccupante. Les autorités sanitaires y sont mobilisées pour ralentir la propagation de l’épidémie, identifier les clusters et briser les chaînes de contamination.
 
Après une première évacuation sanitaire qui a d’ores et déjà permis l’évacuation de deux patients vers la Guadeloupe, d’autres opérations du même type sont en cours de planification.
 
Sur le reste du territoire national, la situation épidémiologique est stable et les autorités sanitaires restent attentives à l’apparition de potentiels clusters.
 
Parmi l’ensemble des gestes d’hygiène et de bon sens qui restent plus que jamais de mise, la Direction générale de la santé tient à rappeler l’utilité de l’application StopCovid dans la lutte menée contre l’épidémie et encourage l’ensemble des Françaises et des Français à la télécharger. Facile d’utilisation, elle permet à chaque utilisateur d’être averti lors d’un contact prolongé avec une personne malade. L’épidémie n’est pas terminée, et alors que de nouveaux cas groupés sont découverts chaque jour, l’utilisation de StopCovid permet de faire gagner un temps précieux dans la recherche des cas.
 
Par ailleurs, dans le cadre de la réponse à la crise sanitaire, un canal de remontée accélérée des données relatives à l’activité médicale des établissements de santé (PMSI) a été mis en place, permettant leur exploitation pendant la crise. Les résultats des travaux engagés sur ces données seront précieux pour améliorer notre connaissance de l’épidémie et notre riposte face à celle-ci. Le Ministère des Solidarités et de la Santé tient donc à remercier chaleureusement tous les artisans de la réussite de ce projet : les établissements de santé – en particulier les départements d’information médicale – ainsi que leurs représentants, l’Agence technique de l’information sur l’hospitalisation (ATIH), la Caisse nationale de l’Assurance Maladie (CNAM) et la Plateforme des Données de Santé (Health Data Hub).
 
Le virus continue à circuler sur le territoire, comme le montre le nombre de nouveaux « clusters » (301 cas groupés depuis le 9 mai, dont 8 nouveaux, mais 171 sont clôturés).
 
188 pays sont touchés par la pandémie de COVID-19. Plus de 10,4 millions de personnes ont été atteintes, 509 706 personnes en sont décédées, mais plus de 5,2 millions de personnes en ont guéri. L’Europe reste fortement impactée avec plus de 2,4 millions de cas et 191 411 décès.
 
En France, hier, SOS médecins a réalisé 166 interventions pour suspicion de COVID-19, soit 2% de l’activité totale. Les services d’urgence ont noté 188 passages pour ce même motif, soit 0,5 % de l’activité totale.
 
8 536 personnes sont hospitalisées pour une infection COVID-19 et 152 nouvelles admissions ont été enregistrées en 24 heures. 602 malades atteints d’une forme sévère de COVID-19 sont hospitalisés en réanimation. 8 nouveaux cas graves ont été admis en réanimation. Le solde reste négatif en réanimation, avec 17 malades de COVID-19 en moins par rapport à hier. 4 régions (Ile de France, Grand-Est, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France) regroupent 74% des patients hospitalisés en réanimation.
 
En Outre-Mer (Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique, Mayotte), on relève 217 hospitalisations, dont 36 en réanimation.
 
Depuis le début de l’épidémie, 104 620 personnes ont été hospitalisées, dont 18 374 en réanimation.
 
76 274 personnes sont rentrées à domicile. 29 843 personnes sont décédées en France depuis le début de l’épidémie, dont 19 346 personnes au sein des établissements hospitaliers et 10 497 dans les établissements sociaux et médico-sociaux. » [résumé site web]
 
Source : Ministère des solidarités et de la santé (consulté le 1er Juillet 2020) – https%3a%2f%2fsolidarites-sante.gouv.fr%2factualites%2fpresse%2fcommuniques-de-presse%2farticle%2fpoint-de-situation-covid-19-communique-de-presse-du-30-juin-2020
 

Reconnaissance en maladie professionnelle des travailleurs atteints du Covid-19

 « Une reconnaissance automatique pour tous les soignants et une reconnaissance facilitée pour tous les travailleurs ayant travaillé pendant la période du confinement
Le Gouvernement annonce les modalités de reconnaissance en maladie professionnelle des travailleurs atteints du Covid-19. Elles seront facilitées pour éviter des procédures complexes de reconnaissance pour les travailleurs ayant eu une probabilité forte d’avoir été atteints du Covid-19 dans le cadre de leur activité professionnelle.
 
Conformément aux engagements pris par Olivier Véran le 23 mars dernier, les soignants atteints de la Covid-19 dans sa forme sévère verront leur maladie systématiquement et automatiquement reconnue comme une maladie professionnelle. Un tableau de maladies professionnelles dédié au Covid-19 sera ainsi créé par décret afin de permettre à tous les soignants atteints d’une forme sévère de Covid-19 de bénéficier d’une reconnaissance de maladie professionnelle. Seront concernés tous les soignants des établissements sanitaires et médico-sociaux, les personnels non-soignants travaillant en présentiel dans ces structures ainsi que les personnes assurant le transport et l’accompagnement des personnes atteintes du Covid-19. Les professionnels de santé libéraux bénéficieront de cette reconnaissance dans les mêmes conditions que les autres soignants. Pour ces derniers, l’indemnisation ne sera pas à la charge de la branche accidents du travail et maladies professionnelles.
 
Pour les travailleurs non-soignants, la procédure de reconnaissance de la maladie professionnelle sera facilitée : en lieu et place des comités régionaux, un comité unique de reconnaissance national dédié au Covid-19 sera constitué pour assurer l’homogénéité du traitement des demandes. Des recommandations lui seront adressées pour faciliter la reconnaissance de maladie professionnelle pour les salariés atteints de la Covid-19 dans sa forme sévère, pour les activités réalisées en présentiel pendant la période de confinement. Dans le cadre de cette procédure simplifiée, aucun taux d’incapacité permanente ne sera notamment exigé.
Cette reconnaissance en maladie professionnelle permet une prise en charge des frais de soins à hauteur de 100% des tarifs d’assurance maladie, une prise en charge plus favorable des indemnités journalières et enfin une indemnité (rente ou capital) en cas d’incapacité permanente. Une rente est versée aux ayants-droit en cas de décès. Cette mesure permet de faciliter l’accès aux droits des personnels en première ligne dans la gestion de la crise du Covid-19 et en particulier des personnels soignants, qui sont tombés malade dans l’exercice de leur métier.
Afin d’éviter aux employeurs concernés de porter la charge financière de l’indemnisation, un arrêté prévoira la mutualisation de cette dépense entre tous les employeurs dans la part mutualisée de leur cotisation accidents du travail et maladies professionnelles. Elle sera assurée par l’Etat s’agissant des professionnels de santé libéraux qui ne bénéficient pas d’une couverture au titre des maladies professionnelles.
En simplifiant la procédure de reconnaissance d’une maladie professionnelle au titre de la COVID-19, le gouvernement prend en compte l’exposition particulière à laquelle ont été soumis, d’une part, les soignants et, d’autre part, les salariés ayant continué à travailler en présentiel pendant la période de confinement. Des dispositions réglementaires seront publiées dans les prochains jours pour préciser et permettre la mise en œuvre rapide de ces mesures. » [résumé site web]


 
Source
 : Ministère des solidarités et de la santé, https%3a%2f%2fsolidarites-sante.gouv.fr%2factualites%2fpresse%2fcommuniques-de-presse%2farticle%2freconnaissance-en-maladie-professionnelle-des-travailleurs-atteints-du-covid-19 (consulté le 1er Juillet 2020)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *