Hypertension artérielle à Cayenne

14 mai 2019 - Journée mondiale

Affiche HTA jpeg

En mars 2016, l’Observatoire Régional de la Santé de la Guyane en partenariat avec l’Institut de Formation en Soins Infirmier (l’IFSI) effectuait une enquête sur l’Hypertension Artérielle (HTA).

Il s’agissait de réaliser la phase pilote dans la commune de Cayenne de l’enquête puis de l’étendre dans u dans un deuxième temps sur tout le territoire.

L’objectif principal de cette enquête était d’estimer la prévalence de l’HTA dans la population  de Cayenne.

1     Qu’est-ce que l’hypertension ?

L’hypertension artérielle est une pression trop élevée du sang dans les artères. Le cœur évacue le sang vers les poumons pour qu’il se recharge en oxygène. Le sang enrichi en oxygène revient vers la pompe cardiaque et traverser les artères pour irriguer l’ensemble du corps à chaque battement.

La circulation sanguine n’a lieu que lorsque le cœur exerce une pression suffisante. Les fibres musculaires des parois des artères leur permettent de se resserrer ou de se dilater, ce exerce une forte pression sur le sang.

La tension (pression) artérielle est de ce fait l’association des forces de pression exercée par la pompe cardiaque et par chaque artère sur le sang circulant. Au départ, l’HTA touche les artères qui deviennent de plus en plus rigides avec l’âge. Elles exercent alors une pression de plus en plus importante sur le sang, ce qui explique que la fréquence de l’hypertension artérielle augmente avec l’âge. La consommation d’alcool, les antécédents familiaux d’hypertension artérielle, l’obésité (indice de Masse Corporelle supérieur ou égale à 30,0 kg/m² selon la norme de l’Organisation Mondiale de la Santé), la sédentarité ou le faible niveau d’éducation représentent des facteurs de risques d’apparition de l’hypertension artérielle dans la population.

2     Les principaux résultats de cette études ?

Hypertension Arterielle correspond à une Pression artérielle systolique (PAS) supérieure ou égale à 140 mmHg et/ou une pression artérielle diastolique (PAD) supérieure ou égale 90 mmHg et/ou une prise déclarée d’un traitement médicamenteux antihypertenseur.

  • La prévalence de l’hypertension artérielle (HTA)[1] à Cayenne est estimée à 40,6 % soit 176 cas. Elle est de 45,6 % chez les hommes et de 37,5 % chez les femmes. Rapporté à la population de Cayenne de 2015, le nombre de cas est estimé à 23 360.
  • L’HTA augmente progressivement avec l’âge, passant de 11,3 % chez les 18- 33 ans à 31% chez les 34-44 ans à 46,2% 45-59 ans et à 73,7% entre 60 et 74 ans.
  • La prévalence de l’HTA diminue avec l’évolution du niveau d’études.
  • La prévalence de l’HTA est plus importante chez les agriculteurs artisans et ouvriers (51,6%), viennent ensuite les cadres et professions intermédiaires (45,8%), les employés (35,7%) et les sans activités professionnelles (35,2%).
  • La prévalence de l’HTA évolue avec de l’Indice de Masse Corporelle. Près des deux tiers des hypertendus sont sédentaires (62,5 %) et 33,3% sont en surpoids, 40,8% sont obèses.
  • Parmi ces 134 sujets, 62,7 % présentent une hypertension légère (PAS comprise entre 140 et 159 mmHg et/ou PAD entre 90 à 99 mmHg) et 8,2% présentent une hypertension sévère (PAS≥ 180 mmHg et PAD≥110 mmHg).
  • Sur les 102 hypertendus traités, 41,1% a une pression artérielle contrôlée (stabilisée). Le contrôle de l’HTA est significativement plus fréquent chez les femmes que chez les hommes
  • Un hypertendu sur cinq (20,4%) déclare avoir un traitement antidiabétique

 

Affiche HTA jpeg

3     Quelques conseils

  • Manger moins salé.
  • Perdre le poids excessif (diététique adaptée et activité physique quotidienne).
  • Traiter les autres facteurs de risque si ils existent (diabète, consommation de tabac ou d’alcool, etc.).
  • Se prendre en charge (pour chaque patient), ce qui est vrai pour toute maladie chronique.
  • Surveiller soi-même sa tension artérielle (pression) : les chiffres normaux au repos (moins de 140/90).
  • Prendre régulièrement son traitement pour l’HTA, consulter fréquemment et avoir un suivi paraclinique (prise de sang, examens cardiaques, ophtalmologiques, etc.).

 

[1] Pression artérielle systolique (PAS) supérieure ou égale à 140 mmHg et/ou une pression artérielle diastolique (PAD) supérieure ou égale 90 mmHg et/ou une prise déclarée d’un traitement médicamenteux antihypertenseur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *